Take A Mic – Strict minimum #1 (Freestyle) Take A Mic – Strict minimum #1 (Freestyle)
Take A Mic – Strict minimum #1 (Freestyle)

Take A Mic revient sur le devant de la scène avec le clip « Strict Minimum 1 », réalisé par Paul Maillot. Celui-ci réapparaît avec un nouveau visuel moins d’une semaine après la sortie de son freestyle sur la chaîne du Règlement, qui comptabilise déjà des dizaines de milliers de vues.
Le rappeur originaire d’Orly pose sur une instru de Shabz que nous retrouvons également à la production d’artiste comme Nekfeu, Gradur ou encore Shay.
Plus déterminé que jamais, ce début 2018 s’avère très productif pour le rappeur du groupe Eddie Hyde, ce qui lui permet de s’inscrire comme un artiste à suivre de près pour les mois qui arrivent… En attendant Avant-gardiste.

Informations complémentaires

Artiste : Take A Mic
Album : …
Prod. : Shabz
Réalisation : Paul Maillot

Paroles

[Intro]
Envoie
Guette

[Couplet 1]
Le talent, il est là, tu refuses de l’admettre
Au stade où j’en suis, j’peux lâcher trois mille E dans l’brolique si t’essaies de m’la mettre
Ils parlent de bendo mais tu paies ton bédo, en GAV t’as vendu la mèche
Elle envoie des DM’s, elle s’frotte à ma bite donc j’vais soulever ta meuf, viens pas avec ta meute
Surtout n’m’appelle pas sur mon cellulaire
Ta go, c’est une pute, elle en a tout l’air
Me casse pas les couilles, gros j’te rends service
Dans mes draps, elle perd d’la cellulite
Les p’tits rêvent de plus cher que de Cerruti, donc ils finissent dans la cellule vite
Dans le X6, on fait des selfies, à la cité, y’a rien pour qu’on fasse le vide
Crois pas c’que les rappeurs te disent, il est pas méchant, juste il crie
Tu parles de putes et caetera avant d’percer, tu payais ta vitrine
Fuck le rap jeu, fuck les feats, j’baise pas l’rap-jeu gros j’le fist
Dans c’milieu y’a que des vicieux, MCs, groupies : bandes de fils de
Ils savent pas à quel point j’suis déçu
Ils savent pas à quel point j’suis au-d’ssus
Ils savent pas à quel point j’suis têtu
Testez-moi, y’aura des décès
Veste Givenchy, paire blanche
Tu m’vois, t’as tes pertes blanches
Déter’ comme au [?]
J’m’en bats les reins qu’tes frères vendent
J’ai appris à compter sur moi-même
J’rattrape les efforts de ma mère
On s’paie des vacances avant l’mois d’mai
Maintenant qu’y’a d’l’oseille, m’appelle pas « mamen »
Le son qui fait kiffer l’VTC
L’industrie, la tête dans les WC
C’est juste un freestyle et t’es vexé
Excès d’vitesse, t’es en période d’essai
J’suis là pour remplir ma mission
Bats les couilles d’ton émission
J’vais gérer les deux hémisphères
Mais ralenti par une miss fraîche
Tant que j’fais kiffer mes frères
J’paie tout et c’est à mes frais
J’accélère quand toi, tu freines
C’est bien de le dire mais faut l’faire
Lève la main si t’as des rêves de gosse
Tu veux une baraque d’l’autre côté du globe
Les écoute pas poto, mets la gomme
Quand t’es au sommet, c’est ta queue qu’ils gobent
Personne peut comprendre ma colère
Quatre consos dans mes Rick Owens
Gros, j’suis tout seul sur ma comète
Avec une salope du Koweït
J’ai fait « Tout est mort », ils ont cru qu’j’étais fichu, ficha, fiché
Mais j’m’en bats les couilles, toi qu’as les sons dans tes fichiers, chiffons, tu fais chier
Laisse-les réfléchir, les freestyles ça gonfle pas la SACEM
Pas besoin du Cercle, en quatre mesures j’assassine
T’avances pas gros si t’es pas sûr de l’faire
T’as frimé, tu vas rentrer dans l’mur de fer (fuck, fuck, fuck)
Sur dix rappeurs, combien ont pris du ferme ? (fuck, fuck, fuck)
Tu fais le dur après t’appelles ton frère
J’fais l’tour de Paname dans un Uber
J’vole les bonbons dans la portière
Les couilles sur la ble-ta de poker
J’ai taffé dur, crois en mes paupières
J’repars avec biff et la poupée (yes)
Dans sa chatte, j’ai mis dix pompiers (envoie)
M’appelle pas si ton plan est bourbier
Mon flow, j’sais même plus qui m’la pompé, hey
C’est du karaté, si c’est Orly qui tire, on va pas t’rater
Ils font les mécanos, les accros d’la bécane mais avant mon 9-4, personne l’a levé (hey)
Et puis rendez notre dû bande de mal élevés (mal élevés)
J’ai des pompes à deux balles mais c’est pas LV (nan)
Gros, c’est pas Zanotti (nan) et c’est pas Philip Plein et c’est pas l’Arena, c’est pas ton level

[Pont]
Ça fait cent mesures là ? (yes)
On continue, on continue
Faut qu’ils tombent tous malades
Faut qu’ils tombent tous malades (envoie)
Guette

[Couplet 2]
Ils vont prendre cher comme quand j’rentre dans une boutique
On ouvre des chichas mais on s’roule un stick
Tu crois pas en moi car j’suis fantastique
Le glock sort de la vitre automatique
J’les plie sans forcer mais j’suis moins exposé : nul en peu-ra, forts en informatique
Elle donne son kwer car le petit est frais, hop-hop-hop pute, t’oublies ton élastique
J’lui ai brisé l’cœur donc elle est d’venu bi
Pendant qu’elle fond en larmes, j’pense à la Lybie
J’monte sur un coup, j’kifferais avoir un jumeau comme ça directement j’ai l’alibi
J’ai une Nicki Minaj, j’ai une Cardi B
J’ai du blé dans la poche et une carte bleue
Maintenant, j’peux mettre mille E sur mon 42
Y’avait que Nicolas quand j’vendais ma beuh
J’avais qu’un seul ami quand j’vendais ma beuh donc arrêtez un peu, personne vous a appelé (nan)
J’écris dans l’noir, le cœur balafré, tu parles par intérêt donc on fait pas la paix (fuck)
Le flow : soit tu l’as, soit tu luttes
Mon poto, chut, ça sert à rien d’brailler
Si j’touche le clito de ta meuf, c’est comme une bécane, poto j’ai débrayé (ah)
Ils sont tous disque d’or mais j’suis l’homme à abattre
Y’a ta tête sous mes shoes, y’a ton sang sur ma batte
Personne a vendu d’C, personne a vendu d’crack
J’t’ai vu jouer au foot avec gars de la BAC
Et y’a d’plus cent mille euros d’vêtements dans l’appart’
Tu ressens l’impact ?
Talentueux, t’auras beau faire un pacte
J’reste dans mon coin, j’en ai plus rien à battre (fuck, fuck, fuck)
Les condés sont chauds, y’a Rihanna sur Paname
Le bon moment pour mettre une banane
C’que j’écris, ça soigne des balafres
J’gratte des couplets incomparables (yes)
Si tu m’écoutes, poto t’arrête (jamais)
J’ai l’air gentil mais j’suis taré (jamais)
C’est la Fashion Week dans le carré
Aucun d’mes potos porte Giuseppe (jamais)
J’prends deux mille euros pour chanter trente minutes quand tu joues au poker dans ta chicha d’keh
Ils parlent tous d’avoir une villa sur le sable de la mer mais ça y’est, c’est une phase de merde
C’est bon, j’m’arrête pas gros, j’ai les nerfs
Grossis pas quand j’rappe, moi j’élimine
Un doigt dans l’cul de mes ennemis
J’plante mon stylo, tu marches sur une mine
Envoie (envoie)

[Outro]
162 mesures, 162 mesures

Source : Genius

Pas encore de commentaires.

Soyez le premier à laisser un commentaire ci-dessous.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *